Vivre avec un chien adopté, l'arrivée de Hitch et Cie

4





Cela fait maintenant  plus de 2 mois qu'Hitch est entré dans notre foyer. Vous avez été nombreux(ses) à aimer la publication de son arrivée sur Facebook et Instagram, mais je voulais revenir avec vous sur ces premiers mois à nos côtés.

Hitch est un magnifique labrador croisé beauceron d'environ 4 ans, noir et brun que nous avons croisé et plus jamais quitté.

Lorsque nous l'avons rencontré dans un refuge près de chez nous, le coup de cœur a été immédiatement mutuel. C'était un chien énorme très sociable, véritablement affectueux, très bien éduqué et sans la moindre once d'agressivité.

Mais l'arrivée d'un chien de refuge dans un foyer a quelques conséquences.

Et la 1ère c'est bien sûr l'histoire du chien. Pour notre cas, Hitch était au refuge depuis 1 mois (ce qui est très peu) où il a été recueilli après avoir passé les 15 jours maximum du séjour en fourrière. Aucune information sur son passé n'a pu nous être fournie. 

LE STRESS


Hitch souffrait d'un grand stress, et des léchages excessifs (jusqu'au sang) semblaient penser qu'il était malheureux. Le véto qui l'avait vu pensait que cela serait résolu une fois qu'il serait en foyer. Cela a mis plusieurs semaines, il a du être soigné et a passé quelques jours en clinique. Il a porté une collerette au début pour l'empêcher de retirer son pansement.

Aujourd'hui Hitch n'a plus aucun problème de peau ou de léchage. Toutes ses plaies ont cicatrisé et les poils ont repoussé. Mais il y a d'autres traumatismes avec lesquels il faut apprendre à vivre.


LE TRAUMATISME PHYSIQUE

Comme tous les chiens de son âge Hitch nous a testé au départ et a tenté quelques bêtises. Comme nous sommes sensibles à ce qu'il reste bien éduqué, la 1ère fois que nous avons haussé le ton a été très difficile à gérer. Hitch s'est immédiatement recroquevillé, la queue entre les jambes, l'arrière train baissé, les oreilles baissées et le regard effrayé, il est allé se cacher et se coucher dans un petit coin.

Nous avons été aussi surpris que traumatisés. Visiblement et sans aucun doute, Hitch a eu un passé douloureux et agressif.

Il est donc très compliqué pour nous de lever le ton aujourd'hui sur lui, nous avons donc du trouver une autre forme de réprimande, sans violence ni hurlements.

Il était aussi impossible de le serrer très fort dans nos bras les premières semaines. Il essayait sans cesse de s’échapper pour ne pas rester bloqué... Aujourd'hui il semble que ces craintes se sont envolées, puisqu'il est le 1er à réclamer les câlins...



LA PEUR D'UN NOUVEL ABANDON

Autre chose, qui reste encore très compliqué à gérer à ce jour, c'est la phobie de l'abandon. Dire que Hitch vit très mal de rester seul à la maison est un faible mot. C'est un calvaire pour lui. Il va d'une fenêtre à l'autre, il pigne beaucoup, il est angoissé, stressé et littéralement apeuré.

Nous avons donc écouté les conseils de vétérinaires comportementalistes, qui nous ont conseillé de lui acheter une "cabane" fermée, placée dans la maison dans laquelle nous pourrions l'enfermer lorsque nous partons. Cette "cabane" est devenue son repère, sa cachette, sa chambre. Lorsque nous l'emmenons se promener, elle est dans le coffre de la voiture et il s'y jette en 1 seconde.

Aujourd'hui nous commençons à le laisser dans la maison lorsque nous nous absentons peu de temps, et ces tests ont été réussi pour l'instant !

Mais nous savons que seul le temps pourra l'apaiser et lui redonner confiance.

En règle général il a beaucoup de mal à être séparé de l'un de nous deux. Il a constamment besoin d'être avec nous, tout près. 




LE COÛT

Car mine de rien, il faut aussi y penser avant de s'engager. Généralement si vous prenez un chien dans un refuge vous devrez verser une participation correspondant aux frais de castration, puce électronique, vaccination et éventuels soins. Nous avons du payer 200 euros pour pouvoir repartir avec Hitch. Il me semble que ce montant est déductible de vos impôts puisque considéré comme un don au refuge. 

Vous devez aussi prévoir les autres dépenses : le panier, les gamelles, la laisse, le harnais, les jeux, les croquettes... Tout cela coûte cher et vous devez y être préparé avant de vous engager.

"J'ai cru voir un Grominet"


LA COHABITATION 

On n'y pense pas vraiment lorsqu'on adopte un chien, mais il faut apprendre à vivre ensemble. Le chien doit trouver ses nouveaux repères, dans un nouveau foyer et les maîtres doivent être patients et rassurants. Les deux partis doivent apprendre cette nouvelle vie et cela n'est pas forcément évident.

Nous avons eu la chance qu'Hitch soit un chien très bien éduqué, il obéit sans problème, il maîtrise les bases (assis, couché, tu attends, laisse les chats). Oui je raye cette dernière mention car le plus dur a été et est toujours la cohabitation avec nos deux petites chattes. Les 1ers jours ont été très compliqués : elles ont hiberné pendant des jours et des jours dans la partie "nuit" de notre maison, inaccessible à Hitch, et lui guettait le moindre mouvement.

Cela commence juste à se décanter, notre petite Gnocchi n'a plus peur de lui et nous rejoint dans le salon même s'il est là, sans peur. Elle a bien compris qu'un petit crachat le faisait déguerpir en une demi seconde ^^



LA PATIENCE

Et je dirai que c'est la principale chose à savoir avant d'adopter un chien d'un certain âge. Vous devrez apprendre à lui laisser le temps de s'adapter. Probablement ce chien avait une vie qu'il aimait, des maîtres avec qui il a grandi, un foyer, des repères, des habitudes. Après avoir passé du temps en refuge où il aura été certainement complètement perdu, il arrive dans un nouveau foyer, avec des gens qu'il ne connait pas et sans n'avoir rien demandé.

Vous devez être patient et lui accorder le temps dont il aura besoin pour retrouver la sérénité et la confiance envers vous.

On ne s'engage pas dans l'adoption d'un animal pour le ramener quelques jours/semaines après, car vous voulez qu'il soit parfait tout de suite.

"Elle est sympa la voisine Mulan mais un peu pot-de-colle !!"


Hitch est entré dans notre vie il y a bientôt 3 mois, aujourd'hui je pense pouvoir affirmer sans me tromper qu'il réapprend à vivre et qu'il semble heureux. Il a une copine de jeux qui l'aime beaucoup #mulanlavoisine et avec qui il aime passer du temps. Il est un grand affectif, et a besoin d'être entouré. Il déteste la solitude, a une peur bleue de l'orage, ne sait plus se tenir lorsque vous lui tendez un bout de pain, il n'a pas trop d'autorité sur son sphincter (et mon dieu qu'il pue du c** !!), il sait nous faire le regard du chat botté de Shrek, n'aime pas du tout les bains mais adore les séchages à la serviette, il est aussi discret qu'un avion de chasse lorsqu'il dort et ne peut résister à piquer les chaussettes du coffre à linge pour jouer avec.

S'il parlait il m'aurait probablement défendu de mettre cette photo... Mais j'aime tellement sa tête :) 



Gros bébé 





4 commentaires

  1. Coucou, lorsque je lis cet article, je vois également dans ce portrait mon chien Banjo, un adorable labrador croisé border collie. On s'attache tellement vite à nos bêtes. Bisous ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! Ils nous apportent tellement... Je suis impressionnée qu'il n'ait absolument aucune rancœur envers les humains... C'était ma plus grande crainte..!

      Supprimer

Instagram

© My Fair Jenny. Design by MangoBlogs.